Ce qui compte n'est pas la destination




Lorsque j’ai commencé ce blog c’était pour partager un peu de tout, puis j’ai vraiment voulu partager sur mes voyages, écrire ce que je voyais, comment était les endroits que je visitais, faire des “city guide” ou encore des “bonnes adresses”... Sauf que très vite je me suis rendue compte que j’avais rien à dire de tout ça. Mon budget restreint au minimum faisait que je n’avais pas de bonnes adresses à raconter, mis à part quel supermarché serait le mieux fourni pour faire la cuisine. Et ensuite j’ai trouvé que mes articles de city-guide manquaient d’âme, qu’ils ne racontaient rien. J’avais envie de raconter des moments de vie et de transmettre des sentiments, sans trop savoir comment faire.
Avant de partir au Mexique, j’avais devant moi plusieurs mois de voyage. Je m’imaginais pouvoir raconter plein d’histoires : parler ce que je voyais, de ce que je vivais… Et puis j’ai bloqué et jusqu'à présent j’ai rien écris ici de tout ce que j’ai vécu depuis la floride.

J’avais envie de garder tout cela pour moi : mes mois de voyage.  Un certain égoïsme ne voulait pas partager ce que je vivais. Je n’avais pas envie de dévoiler les endroits que je trouvais, de parler de rendre cette destination attrayante pour qu’elle finisse sur une bucket list. Je voulais les laisser comme je les ai trouvé pour le prochain ou la prochaine vagabondeuse qui se serait perdue sur la même route que moi. J’aime l’idée de voyager pour découvrir et se laisser surprendre par la part de mystère que renferme une destination.
Mes plus belles découvertes furent justement des découvertes, lorsque j’ai arrêté de faire des recherches détaillées sur l’endroit où j’allais et que j’ai laissé place à l’inconnu. Les endroits que j’ai le plus appréciés sont ceux sur lesquels je ne savais rien avant d’y mettre les pieds. Sans avoir d’attentes je ne pouvais pas être déçu, ce n’était que surprise.

Aujourd’hui j'ai envie de raconter des histoires de vie, de réflexion; un journal ouvert: un pêle-mêle de pensée. Je n’ai pas envie de parler des must see, de guide, de quoi voir ou quoi faire, parce que quand je voyage c'est pas ce que je fais.  

Mes meilleures souvenirs de voyage n’ont rien à voir avec les monuments que j’ai vu, je ne vais d’ailleurs que peu les voir. Au Mexique je ne suis pas aller voir Chitzen Itza, même si c'est une "merveille du monde". Cela ne m'intéresse pas d’aller voir quelque chose juste car cela fait parti des "chose à voir" si je n'ai pas d'intérêt particulier. Dans les endroits où il faut payer pour rentrer je n’y vais pas, à moins que cela soit quelque chose que je veuille vraiment voir. J’ai payé pour aller voir le site des ruines de Coba près de Tulum, pour une raison en particulier : pouvoir grimper la pyramide et voir la vue sur toute la jungle. J’ai payé pour rentrer dans le musée des coeurs crisés à Zagreb car je trouvais le sujet vraiment intéressant et je ne l’ai pas regretté une seconde tellement les histoires exposées m’ont émue voir même m’ont fait pleurer. A Rome je ne suis aller visiter aucun monument.

Mes meilleurs souvenir de voyages sont des expériences mais avant tout des gens rencontrés, des conversations tard le soir ou encore des journées imprévues avec d'autres voyageurs. Des expériences qui ne sont pas propre au pays dans lequel je me trouvais mais qui auraient pu m’arriver dans plein d’endroits différents pour peu qu’on sorte du modèle rigide européen. Ce qui compte au final ce n'est pas la destination mais le voyage. Et c'est ce que j'ai envie de partager maintenant : des instants de vie, une pause sur un moment.

Commentaires